retour accueil
se connecter à l´espace abonné
  ok
  retour à l´accueil Espace artisanat » L'artisanat et l'Europe
 
Espace artisanat   Réduire 
   

 
 Enjeux pour l'artisanat Imprimer    
 

Une communauté d’intérêts à défendre autour de l’entreprise à caractère artisanal

Dans l’Europe élargie, les petites et moyennes entreprises et l’artisanat représentent 23 millions d’entreprises, emploient plus de 80 millions de personnes pour un chiffre d’affaires de 17 000 milliards d’euros. 98 % des entreprises européennes sont des entreprises à caractère artisanal ou des petites entreprises.

L’artisanat est légalement définit dans 11 pays de l’Union européenne à travers des approches variées. Dans les autres pays, il y a souvent des traditions économiques, sociales et culturelles qui témoignent d’une réalité artisanale.

Cette diversité n’empêche pas de mettre en évidence les points de convergences qui permettent de cerner les contours d’une entreprise à caractère artisanal au niveau européen et de constituer ainsi une communauté d’intérêts à défendre auprès des instances communautaires.

Identifier, promouvoir et défendre cette approche de l’entreprise à caractère artisanal représente, en lien avec nos partenaires, l’objectif prioritaire du projet politique 2005-2010 du réseau des Chambres de métiers et de l’artisanat.

Identifier :

A l’initiative de l’APCM, les organisations représentatives de l’artisanat et des PME membres de l’UEAPME, ont travaillé ensemble sur les critères d’identification de cette typologie d’entreprises. Production de biens et de services, rôle central du chef d’entreprise, acquisition et capitalisation de savoir-faire, ancrage dans un environnement de proximité caractérisent ces entreprises et fondent aujourd’hui les demandes de l’artisanat en matière de politiques publiques communautaires.

Promouvoir :

L’APCM développe une stratégie à champs multiples en vue de promouvoir et de valoriser, au plan européen, le secteur de l’artisanat et l’action du réseau des chambres de métiers auprès des entreprises artisanales. A ce titre, elle participe régulièrement aux événements européens, tels que les Open Days ou les conférences de clôture de la Semaine européenne des PME.

Dans le cadre de la Présidence française de l’UE (2d semestre 2008), l’APCM avait notamment :

  • organisé une conférence à Tours, réunissant 350 représentants de l’artisanat en Europe,
  • participé activement à la réunion de 10 000 apprentis à Bercy

Plus récemment, l’APCM a :

  • remporté un appel à propositions de la Commission européenne qui permettra la mise en œuvre du projet EuroApprentissage destiné à faciliter et accompagner la mobilité des apprentis : voir le site Apprenti en Europe,
  • été membre, au titre de l’UEAPME, du jury qui a remis la première édition du Prix de la Région Européenne Entreprenante organisée par le Comité des Régions ;

Défendre :

La mandature européenne 2004-2009 a confirmé l’évolution de l’Union européenne vers une reconnaissance progressive des petites et moyennes entreprises et de leur diversité. Publié en juin 2008, le Small Business Act pour l’Europe, qui intègre des propositions portées de longue date par l’APCM, en a été le symbole.

 

Aujourd’hui, l’APCM demande la mise en œuvre effective et à tous les échelons de décision politique (territorial, national et européen) des principes fondateurs du SBA qui, regroupés sous l’approche « Penser aux petits d’abord », visent : la réalisation d’étude d’impact ciblé, la consultation des organisations représentatives, la mise en œuvre du principe une fois seulement, l’adoption de mesures spécifiques selon les besoins.

Cette approche conduit l’élaboration des propositions concrètes de l’APCM sur les politiques et programmes communautaires ayant un impact sur les PME, à l’image des attentes formulées récemment auprès des nouveaux membres du Parlement européen ou de la Commission européenne.

Nos partenaires :

L’APCM est membre fondateur de l'organisation des employeurs représentant les intérêts de l'artisanat et des PME en Europe, l’Union européenne de l’artisanat et des PME (UEAPME), qui représente 12 millions d’entreprises, employant 50 millions de personnes. Présidée par Georg Toifl, l’UEAPME participe au dialogue social européen et intervient dans une cinquantaine de comités consultatifs européens.

Depuis 20 ans, l’UEAPME a également créé, avec le soutien de la Commission européenne, un organisme dénommé NORMAPME , auquel participe l’APCM, ayant pour charge de représenter et défendre les intérêts des artisans et petites entreprises dans la définition des normes européennes.

Basé à Bruxelles, le Bureau européen de l’artisanat français (BEAF), association cofondée par l’APCM et l’UPA (Union Professionnelle Artisanale) et soutenue par la Direction générale de la compétitivité, de l’innovation et des services (DGCIS), complète le dispositif d’action de l’artisanat auprès des institutions européennes.

Les Rencontres franco-allemandes des chambres de métiers :

l’emblème d’un axe de coopération privilégié

Depuis la signature du Traité de l’Elysée en 1963, l’artisanat est un partenaire actif de la coopération franco-allemande.

Dans les territoires, ce sont cinquante jumelages de chambres qui contribuent, au quotidien, au rapprochement des sociétés civiles des deux pays au travers d’échanges d’apprentis, de projets de coopération, d’organisation de foires ou salons, de partage d’expériences entre professionnels…

S’appuyant sur un maillage de l’ensemble de leur territoire respectif et sur la proximité de leurs actions au service des entreprises artisanales, l’APCM et son homologue allemand DHKT (Deutscher Handwerkskammertag) sont également forces de propositions conjointes au plan européen. C’est notamment le cas sur la reconnaissance de la mobilité des apprentis ou, plus récemment, sur l’élaboration du Small Business Act ou le lancement de la « Semaine européenne des PME ».

Depuis 1963, dix-neuf Rencontres franco-allemandes de chambres de métiers (RFA) sont venues, tous les trois ans et en alternance France/Allemagne, nourrir et renforcer cette relation privilégiée, par l’étude du rôle de l’artisanat et de son évolution, la confrontation d’expériences, l’identification de bonnes pratiques, l’élaboration de propositions ou de programmes de travail communs.

Organisée à Bordeaux, du 16 au 18 juin 2010, la XXème édition des RFA poursuivra cette dynamique de débats, de convivialité et de propositions en réunissant près de 400 participants : artisans, élus et responsables de chambres de métiers, partenaires de l’artisanat, personnalité de haut niveau et représentants des pouvoirs publics territoriaux, nationaux et européens.

Sur le thème « Répondre aux enjeux et besoins de l’artisanat », les RFA 2010 se consacreront  aux problématiques du développement économique, de la formation professionnelle, de l’évolution des structures et des stratégies de communication.

Les recommandations issues de ces travaux constitueront la contribution de l’artisanat français et allemand à la réalisation de l’« Agenda 2020 », décidé par le Conseil des ministres franco-allemand du 4 février 2010. Elles seront autant de propositions pour une sortie de crise rapide et une mise en œuvre accélérée du Small Business Act qui permettent l’adoption de politiques publiques, européennes et nationales, adaptées au secteur de l’artisanat.

 


retour en haut de page

 

 
Cliquez ici pour voir l'animation