retour accueil
se connecter à l´espace abonné
  ok
  retour à l´accueil Espace artisanat » Le développement durable » Lebrou, carrosserie
 
Les témoignages 2008   Réduire 
 

Amperel, installations solaires
Dahl Paysage
SAS Chauffage de France
Société de Restauration et de Travaux du Bâtiment  SRTB
Carrat , fabrication de matériel agricole
Garage du Centre
Fleur du Lié, fleuriste
Lebrou, carrosserie
CalligraphyPrint, imprimerie
Bémographic, Imprimerie
JB Impressions, imprimerie
Seablade, fabrication de planches de surf
Tremblay-Création, fabrication de luminaires

Consultez aussi les témoignages de l'année 2007 (PDF - 1,4 Mo)

Amperel, installations solaires
Dahl Paysage
SAS Chauffage de France
Société de Restauration et de Travaux du Bâtiment  SRTB
Carrat , fabrication de matériel agricole
Garage du Centre
Fleur du Lié, fleuriste
Lebrou, carrosserie
CalligraphyPrint, imprimerie
Bémographic, Imprimerie
JB Impressions, imprimerie
Seablade, fabrication de planches de surf
Tremblay-Création, fabrication de luminaires

Consultez aussi les témoignages de l'année 2007 (PDF - 1,4 Mo)

 

 
 Lebrou, carrosserie Imprimer    
 

Sources : Chambre de métiers et de l'artisanat de l'Allier et Chambre régionale de métiers et de l’artisanat d’Auvergne

L'entreprise est installée à Cusset, dans l'Allier.

Marc Lebrou a créé son entreprise en 1963, qui comprend 5 salariés. Son activité en tant qu’indépendant, est la réparation et l’entretien de véhicules automobiles : réparation plastique par soudage et collage, réparation automobile toute marque. Sa clientèle est celle des particuliers et des compagnies d’assurance.

Description de la démarche
Marc Lebrou a souhaité orienter l’activité de son entreprise vers la réparation des pièces avec valorisation de la main d’œuvre, plutôt que vers un remplacement systématique par des pièces neuves.

Modalités de mise en œuvre
L’entreprise a bénéficié du soutien technique de la chambre de métiers et de l’artisanat de l’Allier, de la chambre régionale de métiers et de l’artisanat Auvergne et de l’ADEME.

Volet environnemental
La politique de l’entreprise s’est axée sur la prévention de la production des déchets, avec l’objectif de limiter les déchets des pièces endommagées des véhicules par la réparation plastique et le réemploi pour réparation.
Elle procède ainsi à la réparation des pare-brise, pare-choc, phares, boucliers, ailes, des éléments plastiques des rétroviseurs, calandres, garnitures intérieures.
L’entreprise sait réparer plusieurs fois la même pièce (par redressage, soudage, collage, peinture).

Par ailleurs, l’entreprise s’est souciée des impacts environnementaux de son activité:
- en installant un débourbeur-déshuileur pour le prétraitement de ses rejets ;
- en utilisant un savon biodégradable à 98% pour le lavage auto.

Volet économique
La réparation des pièces et le réemploi des mêmes pièces permettent une diminution du coût sinistre et l’augmentation de la durée de vie des véhicules (des voitures réparées permettent d’éviter leur envoi en épaves).
Elle permet également la diminution des délais sur certaines marques où les pièces détachées sont rares, la diminution des déchets, l’augmentation de l’emploi de main d’œuvre qualifiée, la valorisation de savoir-faire.
Des compagnies d’assurances optent pour prendre en charge la réparation plutôt que le remplacement par des pièces neuves, en raison des coûts.
Toutefois les constructeurs limitent le développement de la réparation plastique pour des raisons économiques (importance du marché des pièces détachées) et technique (les pièces livrées ne nécessitent aucun réglage et les pièces des nouveaux véhicules sont interdépendantes).
Certaines assurances ont des barèmes de réparation « en temps main d’œuvre » en complément des barèmes « pièces ».

Intégration des trois volets du développement durabledans la démarche
Il apparaît clairement combien l’approche développée par Marc Lebrou lie les questions environnementales et économiques, en voulant privilégier le réparable au détriment du jetable.
Suite à la démarche de quelques précurseurs, certains carrossiers en Auvergne ont adhéré à cette démarche de réparation plastique, d’autant plus qu les compagnies d’assurance rentrent dans cette logique.
Cependant, Marc Lebrou constate que la démarche environnementale a peu d’impact sur les clients car ils n’attendent pas le carrossier sur des compétences environnementales, et recherchent avant tout, la fonctionnalité de son véhicule.




Sources : Chambre de métiers et de l'artisanat de l'Allier et Chambre régionale de métiers et de l’artisanat d’Auvergne

L'entreprise est installée à Cusset, dans l'Allier.

Marc Lebrou a créé son entreprise en 1963, qui comprend 5 salariés. Son activité en tant qu’indépendant, est la réparation et l’entretien de véhicules automobiles : réparation plastique par soudage et collage, réparation automobile toute marque. Sa clientèle est celle des particuliers et des compagnies d’assurance.

Description de la démarche
Marc Lebrou a souhaité orienter l’activité de son entreprise vers la réparation des pièces avec valorisation de la main d’œuvre, plutôt que vers un remplacement systématique par des pièces neuves.

Modalités de mise en œuvre
L’entreprise a bénéficié du soutien technique de la chambre de métiers et de l’artisanat de l’Allier, de la chambre régionale de métiers et de l’artisanat Auvergne et de l’ADEME.

Volet environnemental
La politique de l’entreprise s’est axée sur la prévention de la production des déchets, avec l’objectif de limiter les déchets des pièces endommagées des véhicules par la réparation plastique et le réemploi pour réparation.
Elle procède ainsi à la réparation des pare-brise, pare-choc, phares, boucliers, ailes, des éléments plastiques des rétroviseurs, calandres, garnitures intérieures.
L’entreprise sait réparer plusieurs fois la même pièce (par redressage, soudage, collage, peinture).

Par ailleurs, l’entreprise s’est souciée des impacts environnementaux de son activité:
- en installant un débourbeur-déshuileur pour le prétraitement de ses rejets ;
- en utilisant un savon biodégradable à 98% pour le lavage auto.

Volet économique
La réparation des pièces et le réemploi des mêmes pièces permettent une diminution du coût sinistre et l’augmentation de la durée de vie des véhicules (des voitures réparées permettent d’éviter leur envoi en épaves).
Elle permet également la diminution des délais sur certaines marques où les pièces détachées sont rares, la diminution des déchets, l’augmentation de l’emploi de main d’œuvre qualifiée, la valorisation de savoir-faire.
Des compagnies d’assurances optent pour prendre en charge la réparation plutôt que le remplacement par des pièces neuves, en raison des coûts.
Toutefois les constructeurs limitent le développement de la réparation plastique pour des raisons économiques (importance du marché des pièces détachées) et technique (les pièces livrées ne nécessitent aucun réglage et les pièces des nouveaux véhicules sont interdépendantes).
Certaines assurances ont des barèmes de réparation « en temps main d’œuvre » en complément des barèmes « pièces ».

Intégration des trois volets du développement durabledans la démarche
Il apparaît clairement combien l’approche développée par Marc Lebrou lie les questions environnementales et économiques, en voulant privilégier le réparable au détriment du jetable.
Suite à la démarche de quelques précurseurs, certains carrossiers en Auvergne ont adhéré à cette démarche de réparation plastique, d’autant plus qu les compagnies d’assurance rentrent dans cette logique.
Cependant, Marc Lebrou constate que la démarche environnementale a peu d’impact sur les clients car ils n’attendent pas le carrossier sur des compétences environnementales, et recherchent avant tout, la fonctionnalité de son véhicule.